Featured Video Play Icon

4 Principes pour améliorer sa communication et sa compréhension des autres – les 4 accords toltèques

S’il y a vraiment un point crucial à maîtriser en entreprise ou dans la vie de tous les jours c’est bien la communication et la compréhension des autres (le décodage de leur communication).

Une erreur de communication ou de compréhension peut t’amener droit dans le mur.

Un des problèmes c’est que nous passons au quotidien les échanges que nous avons avec les autres au travers de tous nos prismes de visions. Il est difficile de nous détacher de ces filtres et d’avoir un regard neutre.

Il y a pourtant des éléments simples qu’on devrait toujours avoir à l’esprit lorsqu’on échange avec quelqu’un.

Les 4 accords

J’essaie de les appliquer au quotidien et c’est en bougeant les livres de mon étagère que je me suis dit que j’allais faire cet article et te les partager. Je suis en effet retombé sur les 4 accords toltèques de Miguel Ruiz.

Alors même s’il y a une grosse partie ésotérique et chamanique, ce livre expose 4 principes qui sont essentiels et qu’on devrait tous avoir à l’esprit pour améliorer sa communication et ses relations avec les autres.

Avoir une parole impeccable

Ce premier principe expose le fait que nous devons toujours avoir une parole bienveillante.

C’est facile de répondre à une critique par une autre critique. La méchanceté gratuite peut soulager sur le moment.
Ou avec des effets de groupe, on peut s’en amuser. Ça renforce le sentiment d’appartenance et ça permet parfois d’être tourné vers un même ennemi commun.

Mais sur le long terme, ça ne t’apportera rien. Ça peut même te desservir. À force de critiquer les gens, tu peux en prendre l’habitude. Si tu prends l’habitude d’être méchant vis-à-vis d’autres personnes, tu peux vite te mettre en mode « je critique d’abord, je vois le positif ensuite » (voir même ne plus voir le positif chez les autres). 
Et c’est d’autant plus vrai si ces paroles sont toujours envers la même personne. Tu peux en quelque sorte t’auto convaincre que cette personne est un abruti fini ou a un très mauvais fond.

Et pour qui vas-tu passer auprès des autres à force d’avoir ce comportement?! Pour celui ou celle qui a la critique facile, une langue de vipère (pour rester poli)

Parenthèse:

On parle de communication interpersonnelle, mais ce principe est également valable (et ça commence d'ailleurs par là) pour toi personnellement. C’est-à-dire que tu dois d'abord avoir une parole impeccable envers toi-même. Nul besoin de te considérer comme une merde parce que tu es comme ci ou parce que tu as fait ça.

Je ne retrouve pas les articles (et les études associés) qui en parlent, mais j'ai déjà entendu plusieurs fois que pour une parole / pensée dénigrante envers toi-même, tu devras en avoir 8 positives pour compenser et revenir à l'équilibre.

Alors attention, ce n'est pas non plus le monde des bisounours. Ce principe ne signifie pas que tu dois fermer les yeux sur tes erreurs ou tes défauts. Ni même ceux des autres.  
Tu peux toujours donner du feedback et faire une critique bienveillante et constructive , mais il y a des façons de le faire. Je reviendrai sur les façons dans un autre article. 
D'autres études suggéreraient qu'il y aurait un ratio optimal en ce qui concerne les feedbacks de 3 compliments pour une critique. 

N’en fais pas une affaire personnelle.

Nous pouvons avoir cette fâcheuse tendance à prendre les choses personnellement, mais aussi surprenant que ça puisse paraitre , le monde ne tourne pas autour de toi.

Nous avons tous nos objectifs, nos contraintes, nos difficultés. Lorsqu’une tierce personne refuse une faveur, répond non là où tu attendais un oui, te dit qu’elle n’a pas le temps pour faire ça ou qu’elle n’a pas de temps à t’accorder à TOI. 

Dans 99% des cas, ce n’est pas parce que c’est toi qu’elle te refuse ce que tu lui as demandé, mais c’est parce que pour la personne en face, ça n’entre pas dans le cadre de ces propres objectifs (pas directement ou pas immédiatement )

Ce n’est pas CONTRE TOI, mais plus POUR ELLE

Lorsque tu te sens lésé, essaie de te mettre à la place de la personne qui t’a provoqué ce sentiment .

Attention, se mettre à la place de l’autre et essayer de comprendre les origines de ses actes pour ne pas le prendre personnellement. Ça ne signifie pas que tu dois tout accepter bêtement . Tu dois aussi savoir tenir ta position fermement si tu estimes que c’est nécessaire et ne pas te faire marcher sur les pieds.

À l’inverse, pour éviter que les gens en face de toi le prennent personnellement , tu dois apprendre à dire non fermement ou à refuser poliment et au besoin,  en expliquant les véritables raisons du refus.

Ne fais pas de supposition

Alors ce principe est peut-être le plus dur à appliquer. La nature ayant horreur du vide, l’humain doit toujours tout essayer de s’expliquer. Et le problème c’est qu’avant même qu’on ait pu nous expliquer , on à déjà 1000 raisonnements qui se sont déjà fait et on pense, souvent à tort ou de manière incomplète, connaitre pourquoi une personne a agi comme elle a agi.

Avant même d’avoir demandé , parce que « nous on sait, nous »!!

Alors un point essentiel, retiens toi de faire des suppositions sur les actions ou les pensées des autres.

Et surtout, ne prête pas des intentions là où il n’y en a pas. Souviens-toi que la majorité des personnes ne sont pas foncièrement mauvaises et ne souhaitent pas faire mal. Ce n’est pas CONTRE TOI, mais plus POUR LA PERSONNE. Ensuite, plutôt que de supposer, quoi de mieux que de directement aller à la source et demander simplement.

  • Pourquoi as-tu agi comme ça?
  • Aide-moi à comprendre?
  • Qu’est-ce qui t’est passé par la tête?
  • Explique-moi ton raisonnement?

Et même si tu as des réponses, assure-toi d’être sur la même longueur d’onde au travers d’une écoute active et d’une reformulation. C’est la reformulation qui t’assurera à toi et ton interlocuteur que vous vous êtes bien compris. 

Fait de ton mieux

Le dernier principe est de se dire qu’après tout nous ne sommes que des êtres humains. Nous sommes faillibles, avec nos sauts d’humeur, nos coups de fatigues et que, par conséquent, quoi que tu fasses, fait de ton mieux.

Ce n’est pas toujours facile de suivre les 3 premiers principes sous stress, dans le rush ou encore sous le coup de la colère. Essaie de t’en rappeler et de les appliquer le plus souvent possible sans pour autant te flageller si quelques fois tu critiques une personne parce que tu as fait des suppositions erronées et que tu en fais une affaire personnelle.



Voilà , dis-moi si tu connaissais déjà ces principes ou même si tu les appliques au quotidien sans t’en rendre compte. Moi je fais de mon mieux pour les appliquer. Certains plus facilement que d’autres.  Mais ce sont pour moi des idéaux que je garde en têtes et que je me rappelle lors de conflit. 

Partagez l'article:
FacebookTwitterEmailLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.